Une union d’associations hispano-marocaines présente son projet de tour cycliste saharien à Assa-Zag.

Interagir avec la population locale, apprendre à connaître un Maroc plus rural et créer une nouvelle forme de tourisme sportif sont quelques-unes des raisons pour lesquelles le projet d’un tour à vélo dans le Sahara marocain est un projet intéressant.  

La proposition émane d’un natif de Ténériffe, Andrés Gómez, qui a pour seconde patrie les provinces du sud du Maroc. Ce Canarien, passionné de VTT, visite le Sahara depuis 2008, et avec son projet cycliste, il veut apporter sa pierre au développement du tourisme dans la région.  PUBLICIDAD

Le projet suit les grandes lignes tracées par les associations de promotion du tourisme d’Assa, qui font de l’écotourisme, de la durabilité et des projets ayant un impact social positif les principaux axes de leur politique de développement.  

“Nous travaillons avec une prévision de cyclistes de 10 pays différents“, a déclaré Gómez lors de la présentation du projet. “Nous parlons d’une centaine d’athlètes, dont des Marocains, et avec un premier circuit de six étapes”, a-t-il ajouté.  

PHOTO/7RAID presentación del proyecto de Andrés Gómez
PHOTO/JUAN PEÑA –  Présentation du projet de Andrés Gómez

Assa-Esmara est la première route qu’Andrés et son équipe sont en train de planifier. Le natif de Tenerife est soutenu par le conseil provincial du tourisme d’Assa Zag, l’association hispano-marocaine Almakan, 7Raids, l’association Miran de Smara et plusieurs autres organismes locaux d’Assa Zag.  

Pour l’instant, le projet est encore en phase de développement, ce qui implique de trouver un sponsor principal qui donnera également un nom à l’événement cycliste.  

Andres Gómez admet que les exigences sont nombreuses. La sécurité, le logement et les infrastructures nécessaires aux athlètes. “Nous avons besoin d’un bivouac ou d’un logement adapté pour les personnes qui ont pédalé toute la journée sur toutes les étapes”, a déclaré Gómez à Atalayar. “Les cyclistes doivent disposer d’une douche, d’un service médical ou de prévention et d’une alimentation correcte pour la pratique du vélo”, ajoute le natif de Tenerife.  

PHOTO/7RAID - Cicloturismo en el Sáhara marroquí
PHOTO/7RAID – Cycloturisme au Sahara marocain 

Avec tout cela, Gómez est suffisamment confiant pour croire au projet : “L’idée est que ce projet soit réalisé d’octobre à novembre 2023. Nous travaillons dans cette optique”, a déclaré Andrés Gómez dans la salle des congrès de la municipalité d’Assa, lors de la séance de clôture du premier Forum provincial du tourisme.  

Gómez pense déjà aux éditions suivantes pour les années à venir, avec de nouvelles étapes et destinations. Lors d’une conversation avec Atalayar, celui-ci a admis qu’il aimerait organiser une étape El Ayoun – Boujdour.  

Lors de sa présentation,  Gomez a reçu un accueil très positif de la part des notables locaux présents à son exposition. L’idée est un projet ferme et bien structuré, quelque chose que les membres de la communauté Assa demandent et veulent voir, plutôt que des paroles en l’air. Des actions et non des mots.

Source : atalayar.com

Laissez un commentaire

Viens de paraître :

« Le Spécial Top Résa 2022, d’Hôtellerie News »